Sélectionner une page

Entretien d’embauche : Domptez votre confiance en vous !

Entretien d’embauche : Domptez votre confiance en vous !

Les mains moites, la voix qui tremble, ce mouvement incontrôlable du pied, le nœud dans le ventre, l’envie d’être ailleurs, la crainte de ne pas être à la hauteur… Ça vous rappelle quelque chose? On a tous vécu ce genre de moment particulièrement désagréable au cours de nos jeunes (ou moins jeunes!) années: l’entretien d’embauche. Un rendez-vous qui a le pouvoir de changer nos vies, mais dont on se passerait bien…

Et pourtant, avant d’en arriver à cette étape tant redoutée qu’est l’entretien, Dieu sait qu’on l’a voulu ce rendez-vous! En préparant un CV le plus convaincant possible, une lettre de présentation qui dit à quel point on est génial, en soignant notre profil et nos publications sur les réseaux sociaux… Et ça a été payant! La preuve, l’heure du deuxième round a sonné: l’entrevue.

Seulement voilà, se vendre sur une feuille de papier ou derrière un ordinateur, ce n’est pas la même chose que de se vendre « en vrai ». Sur une feuille, on peut raturer, effacer, corriger, prendre le temps de trouver les bons mots, d’ajuster. En vrai, non. On a beau passer des heures à s’entraîner devant son miroir, rien ne nous prépare vraiment à cette rencontre fatidique…

Pour couronner le tout, si à en croire l’adage « la première impression est déterminante », on a plutôt intérêt à ne pas se louper! De quoi mettre pas mal de pression sur nos épaules, n’est-ce pas? Et cette pression bien souvent, si on ne parvient pas à s’en défaire ou à en faire une force positive, peut nous conduire à l’insuccès. Rien à voir alors avec vos compétences et vos qualités, la cause de votre échec c’est votre manque de confiance en vous.

La solution? Apprendre. Apprendre quoi? À avoir confiance en soi. L’entreprise peut sembler colossale, mais pas si vous suivez les quelques étapes à la portée de tous, détaillées ci-dessous. Vous verrez, vous serez rapidement surpris du résultat!

Miroir miroir

Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation.
– Arthur Ashe

La première chose à faire pour être sûr de soi et de sa valeur en entrevue (et donc se vendre avec succès), c’est se préparer en amont du rendez-vous.

Prenez quelques instants pour vous, quinze minutes, une demi-heure, une heure, regardez-vous dans le miroir ou installez-vous à votre bureau avec une feuille et un crayon. Là, décrivez celui ou celle que vous voyez, celui ou celle que vous êtes, le plus objectivement possible, sans exagérer, avec justesse et honnêteté. Commencez par des traits physiques si ça peut vous aider à démarrer: je suis petit, j’ai les yeux verts, j’ai un nez aquilin, les mains fines, les épaules carrées… Puis continuez en essayant de vous attarder sur des détails moins visibles: je suis en forme, j’aime lire, je suis curieux, gourmand, passionné de musique, avenant… Si vous avez du mal, demandez à un ami ou un membre de votre famille de vous décrire avec ses mots à lui.

Le but ici est évidemment de choisir le meilleur de vous. Aussi concentrez-vous sur les qualités, les adjectifs positifs qui vous caractérisent: généreux, appliqué, dynamique, ponctuel, tolérant, à l’écoute, sensible, audacieux…

Qui suis-je ?

Après avoir décrit tout ce qui vous définit depuis le « dedans », visualisez-vous depuis le dehors, à travers vos interactions sociales et les activités que vous pratiquez. Dans votre bande d’amis, êtes-vous le fanfaron, celui qui fait le “show”, plutôt le meneur, celui qui lance les idées, qui prend des initiatives, ou encore celui à qui on fait appel pour prendre des décisions plus pondérées et réfléchies, celui qui tempère?

Vous pouvez penser que cela n’a aucun intérêt pour votre entrevue mais détrompez-vous! Ce genre de détails en dit tout aussi long sur vous que vos années de formation à l’université. Un joueur d’échecs n’a pas la même condition physique qu’un randonneur qui n’a certainement pas non plus le même esprit de stratégie, un amoureux des livres n’a pas la même habileté à penser en groupe qu’un joueur de hockey… Gardez à l’esprit que tout ce que vous faites parle pour vous, parle de vous, et les recruteurs aiment voir une personnalité qui s’illustre par des exemples concrets en face d’eux, et non un candidat « standardisé » dont toutes les réponses sont calibrées. D’ailleurs, une des questions généralement posées par les recruteurs est « Qu’est-ce que vos amis/collègues disent de vous? » C’est dire l’importance de vos attitudes et de vos actions au sein de votre environnement.

Une fois que vous avez fait un petit tour complet de votre personne, vu de l’intérieur et de l’extérieur, que vous avez mis des mots sur ce qui vous définit de manière juste et positive, vous devriez déjà vous sentir plus confiant : vous avez maintenant conscience de votre valeur, de toutes ces choses qui vous définissent, de qui vous êtes, ce qui n’est pas donné à tout le monde alors BRAVO!

Trouvez votre voie

Maintenant arrêtons de se regarder le nombril et passons à l’étape n°2! Savoir qui on est, est la première étape indispensable dans votre quête de confiance en vous. La seconde est tout aussi cruciale : savoir ce que vous voulez faire de votre vie. David Laroche, coach et conférencier, en parle brillamment dans sa vidéo « Comment découvrir votre mission de vie en 3 minutes ». Réfléchissez. Quel domaine vous fait vibrer, vous anime au quotidien? Qu’est-ce qui vous passionne dans la vie? Quelle activité seriez-vous prêts à faire 7j/7 24h/24? Lorsque vous l’aurez trouvé, vous allez voir que la notion de « travail » n’aura subitement plus le même sens. Comme disait Confucius : « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie. » Il est tellement plus facile d’être maître de soi et d’avoir confiance lorsqu’on fait un métier qui nous plaît. Vous verrez alors que vous appréhenderez moins cette entrevue. Au contraire, vous aurez hâte d’y être car vous serez convaincu (et donc convainquant) d’être LE candidat idéal pour la job. Vous aurez cette confiance naturelle qu’ont ceux qui sont là où ils doivent être (au revoir le sentiment d’imposture!). Vous serez dans votre élément, capable de soutenir le plus ardu des interrogatoires sans vous en rendre compte.

Vous allez ainsi avoir la chance de faire partie de la très faible partie des personnes qui sont heureuses dans leur travail, qui aiment ce qu’elles font et c’est une chance alors profitez-en! Votre manque de confiance en vous ne sera qu’un lointain souvenir.

Le recruteur, ce monstre ?

Si vous arrivez à cette 4ème étape, sachez que le plus dur est fait : vous savez maintenant qui vous êtes et ce que vous voulez! Dernière étape bonus: démystifier le recruteur!

Cela risque probablement de vous surprendre, mais cette personne au visage impassible assise en face de vous, cette personne qui va vous faire passer un interrogatoire digne des meilleurs films policiers, cette personne qui a votre avenir entre ses mains… et bien cette personne est humaine! Comme vous! Elle a probablement réglé son réveil à la même heure que vous ce matin, déposé ses enfants à la crèche avant d’aller au bureau, oublié de sortir les poubelles, prévu des pâtes à réchauffer pour ce midi, passé son week-end en survêtement devant une série télévisée, prévu un 5 à 7 avec ses amis ce soir…

Ne trouvez-vous pas qu’elle est moins impressionnante tout à coup ? Ce que vous devez retenir, c’est que le recruteur n’est pas un monstre sans cœur. Lors de votre rencontre, tentez de prendre du recul, de voir votre discussion comme un échange entre deux individus pouvant l’un et l’autre s’apporter quelque chose, s’enrichir mutuellement. Partez avec cet état d’esprit.

Certes vous voulez absolument cette job, mais le recruteur aussi attend quelque chose de vous. Vous avez quelque chose qui l’intéresse (sinon vous ne seriez pas là!) alors agissez en tant que tel lorsque vous vous vendrez. Vous avez quelque chose à monnayer: votre expérience, vos talents, vos qualités humaines, vous. Vous verrez que cette façon d’appréhender le rendez-vous vous rendra plus confiant car vous vous sentirez sur un pied d’égalité avec le recruteur.

Comme vous l’avez vu, il n’y a pas de recette miracle pour avoir subitement la confiance en soi la plus inébranlable de la Terre. La confiance en soi se construit intelligemment. Pour cela, de petits exercices simples et efficaces permettent de poser les bases d’une confiance en soi naturelle et solide. Posez-vous donc les bonnes questions : Qui suis-je ? Qu’est-ce que je veux faire ? Après cela, adoptez la bonne attitude face au recruteur, qui est un(e) homme (femme) comme les autres.

Alors prêts ? Je vous souhaite beaucoup de succès 🙂

Cet article a été rédigé par Angèle Nossereau

Rédactrice pour Neosjob.com

À travers son blogue dédié au monde de l’emploi, l’équipe de rédacteurs de Neosjob veut offrir à ses lecteurs, jeunes professionnels, chercheurs d’emploi et recruteurs, une mince d’informations pertinentes et adaptées à leurs interrogations dans le domaine.
Neosjob
 c’est aussi une plateforme de recrutement montréalaise jeune et innovante, qui permet aux chercheurs d’emploi de se projeter chez leur futur employeur avant même de postuler ! À travers des photos de l’environnement de travail, des témoignages d’employés et des conseils de recruteurs en vidéo, chaque employeur qui embauche sur Neosjob est présenté avec de nombreux éléments concrets qui lui permettent de faire découvrir sa culture d’entreprise. Les candidats peuvent ainsi comparer et choisir l’employeur qui leur ressemble, parce qu’un travail c’est bien plus qu’un titre et une liste de tâches à accomplir. C’est un environnement. C’est une culture d’entreprise. Ce sont des valeurs et des gens.